Loi Pinel : précautions à prendre pour faire un bon investissement locatif

Loi Pinel

Aperçu du texte. Vous avez le droit d’utiliser le texte uniquement une fois que vous l’avez accepté.

Meta-title : Investir sous Pinel : les 4 précaution à prendre

Meta-description : Voici les pièges que vous devez éviter lorsque vous choisissez d’investir sous le dispositif Pinel et les démarches à entreprendre pour sortir gagnant.

La loi Pinel offre des avantages si nombreux que les promoteurs immobiliers n’hésitent pas à enjoliver la situation pour vendre leurs biens au meilleur prix. Ce dispositif peut certes vous assurer un investissement rentable, mais vous devez être bien renseigné pour reconnaître les opportunités lorsqu’elles se présentent. Dans cet article, vous trouverez les précautions à prendre pour réaliser un bon placement sous Pinel.

Précaution n°1 : sélectionnez la résidence

Dans un premier temps, vous devez être en mesure d’évaluer l’attractivité du programme immobilier en tenant compte de son emplacement. Il va sans dire que choisir un logement neuf placé sur le marché en l’état futur d’achèvement n’est pas toujours facile. En d’autres termes, en dépit de leur expérience, les investisseurs ont du mal à reconnaître une opportunité immobilière lorsqu’ils n’ont pour référence qu’un plan architectural.

Nous vous invitions alors à vous rendre sur les sites spécialisés dans les programmes immobiliers. Bon nombre de promoteurs régionaux et locaux y ont recours pour attirer des clients. Passez en revue les logements disponibles. Une fois que vous aurez présélectionné quelques offres, examinez bien les maquettes téléchargées dans la bulle de vente.

Grâce aux appartements témoins, il vous sera facile de vous faire une idée précise du bien immobilier, surtout que les logiciels de conception de plan permettent d’élaborer des dessins de plus en plus réalistes. Ces sites expliquent également les documents requis pour demander un permis de construire en fonction des lois de chaque région.

Par ailleurs, vous avez tout à gagner à visiter le chantier. Cela vous permettra de mieux évaluer le quartier et de comprendre son niveau d’attractivité. Vient ensuite la nécessité d’utiliser la fonctionnalité en ligne loi Pinel simulation également disponible sur les sites spécialisés en programmes immobiliers.

Précaution n°2 : renseignez-vous sur les avantages fiscaux

En réalisant un investissement immobilier sous la loi Pinel, les avantages fiscaux sont indéniables. Cependant, vous devez vous assurer que les déductions qui vous sont accordées couvrent le rabais de loyers imposé par le dispositif Pinel. Essayons alors de voir de plus près la formule de défiscalisation référentielle.

Les investisseurs bénéficient de 12 ;18 et 21% de réduction d’impôts sur le prix d’acquisition du logement. Cet avantage est offert dans la limite de 300 mille euros et de 5500 euros par mètre carré. De plus, le pourcentage varie en fonction de la durée de la location : six, neuf ou douze mois. Rappelons que la déduction d’impôts est étalée tout au long de la période où le bien est loué. Elle est également plafonnée à 10 mille euros par an. Au total, les investisseurs peuvent économiser jusqu’à 63 mille euros

Néanmoins, cette formule n’est pas forcément avantageuse. Avant d’acheter un bien, il faut faire un calcul précis pour comprendre si la déduction fiscale obtenue permet de compenser le manque dû au dispositif Pinel. Notez alors que le plafond des loyers est jusqu’à 15 % inférieur aux prix de location sur le marché.

Précaution n°3 : tenez compte des conditions d’éligibilité

Certaines constructions sont exclusivement conçues pour un investissement loi Pinel. Pour réaliser un placement rentable, le prix du bien immobilier doit être relativement bas, soit moins de 30% au-dessus de l’ancien prix du quartier. Cette démarche vous met à l’abri des risques de moins-value au moment de la revente. De plus, vous devez avoir la certitude que vous payez suffisamment d’impôts. Par exemple, un investissement d’une valeur de 300 mille euros sur 12 ans vous oblige à verser au minimum 6 mille euros annuels au fisc.

Pour ne pas vous retrouver dans une situation financière délicate, renseignez-vous auprès des agences immobilières sur la demande de location dans le quartier qui vous intéresse. Pensez simultanément à la revente pour réaliser un investissement rentable sur le long terme. Soyez vigilent en ce qui concerne les studios et les deux pièces vendues aux investisseurs. Ces logements sont généralement mal entretenus et cachent souvent des défauts majeurs qui augmentent les risques de moins-value.

Précaution n°4 : étudiez les contreparties

Pour calculer son projet immobilier et anticiper les risques, il ne faut rien laisser au hasard. Si la loi Pinel vous accorde des avantages, elle vous soumet aussi à certaines restrictions.

D’un côté, vous avez l’opportunité d’acquérir un bien de qualité doté de systèmes énergétiques modernes et situé dans une zone où le marché locatif est en pleine expansion. D’un autre côté, les loyers sont plafonnés tout comme les revenus des locataires. Notez que vous pouvez également louer votre logement à vos enfants ou parents à condition que ces derniers soient éligibles aux conditions du dispositif Pinel.