Investir dans l’immobilier : Quels sont les dispositifs de défiscalisation existants ?

Investir dans l'immobilier

Publié le : 26 juillet 20236 mins de lecture

Investir dans l’immobilier est aujourd’hui l’une des meilleures solutions pour fructifier son patrimoine. C’est en effet l’un des placements les plus rentables, et il l’est encore plus pour les investisseurs qui savent profiter des dispositifs de défiscalisation instaurés par le gouvernement. Dans cet article, on fait le point des mécanismes permettant de bénéficier d’avantages fiscaux dans le cadre d’un investissement immobilier.

Les dispositifs de défiscalisation spécifiques à l’investissement dans le neuf

L’investissement immobilier locatif neuf se montre de plus en plus attrayant pour les investisseurs. Vous pouvez d’ailleurs en apprendre davantage en suivant ce lien. Il garantit en réalité la sécurité des placements, tout en permettant de profiter d’une diversification incontestable de son patrimoine. Mais en dehors de ceci, les personnes qui choisissent d’investir dans l’immobilier neuf peuvent profiter de divers dispositifs de défiscalisation, notamment :

La loi Pinel et Pinel+

La loi Pinel est un dispositif mis en place par le gouvernement français jusqu’en 2024 et qui vise à encourager l’investissement locatif dans le neuf. Pour en profiter, il ne suffit que d’acquérir une nouvelle construction et de la mettre en location pendant une durée minimale de 6, 9 ou 12 ans. En contrepartie, l’investisseur peut récupérer 10,5 %, 15 % ou 17,5 % du prix d’achat du logement en fonction de la durée du bail.

Le dispositif Pinel+ a quant à lui été mis en place pour encourager davantage ceux qui souhaitent effectuer un placement dans le neuf. Pour être éligibles, les logements doivent néanmoins respecter un ensemble de normes qualitatives, environnementales et doivent être situés dans des zones spécifiques. Avec ce dispositif, les propriétaires peuvent espérer profiter d’un abattement de 12 %, 18 % ou 21 %, sur le montant de l’investissement selon la durée de mise en location du bien immobilier.

​​​​​​La loi Censi-Bouvard

Ce dispositif concerne les propriétaires d’immeubles locatifs meublés qui proposent des services collectifs comme la réception, la préparation du petit-déjeuner, le lavage du linge, etc. Il s’agit plus précisément des :

  • Logements étudiants ;
  • Établissements de soins ;
  • Complexes hôteliers, etc.

Le propriétaire n’a nullement besoin de se préoccuper de comment mettre en location son bien. Il lui suffit d’investir dans la location de meublé non professionnel (LMNP) en établissant un bail commercial sur une durée minimale de 9 ans. Ce faisant, il peut avant tout profiter d’une réduction de 11 % sur le prix d’achat hors taxe du bien immobilier. À cela s’ajoute une réduction 20 % de la TVA.

À consulter aussi : L’immobilier défiscalisant : loi Dufflot

Les solutions proposées pour l’investisseur immobilier dans l’ancien

L’investissement immobilier locatif dans l’ancien propose aussi des avantages spécifiques qui le rendent attrayant. Pour ceux qui souhaitent s’y lancer, de nombreux dispositifs de défiscalisation sont également mis en place en vue de réduire les charges fiscales. Parmi ceux-ci se trouve :

La loi Denormandie

Mis en place en 2019, la loi Denormandie est un dispositif visant à promouvoir l’investissement dans l’ancien dans les centres-ville de certaines localités. La plateforme ca-immobilier.fr vous en dit davantage. Mais aujourd’hui, le dispositif s’étend sur des zones éligibles au sein de tout l’Hexagone.

Il propose d’intéressants avantages fiscaux à l’image de la loi Pinel pour l’immobilier neuf. Le taux de défiscalisation proposé est de 12 %, 18 % ou 21 %, toujours selon la durée du bail. Pour profiter d’une telle réduction, le logement situé dans l’une des 245 zones éligibles doit faire l’objet d’une rénovation coûtant au moins 25 % du prix global d’achat.

La loi Monuments Historiques

Comme le souligne l’intitulé, ce dispositif concerne essentiellement les bâtiments classés à l’inventaire des monuments historiques. L’investisseur acquiert ainsi un immeuble du genre, de même que le portefeuille de rénovation qui y est attribué. Ce dernier peut ensuite bénéficier d’une exonération de 50 % voire 100 % de ses revenus fonciers lorsque le bien est ouvert à la visite. Le coût des travaux effectués est par ailleurs déductible à 100 % des revenus imposables pour les immeubles ouverts à la visite.

La loi MALRAUX

Il s’agit d’un dispositif mis en place par le gouvernement français pour permettre aux personnes souhaitant investir dans les logements anciens et réhabilités de profiter eux aussi de la défiscalisation. Pour en bénéficier, ceux-ci doivent néanmoins acquérir des biens situés sur un site patrimonial remarquable bénéficiant d’un PSMV ou d’un PVAP.

Vous choisissez ainsi d’investir dans l’immobilier à travers des bâtiments à rénover avec l’assurance de récupérer 22 % ou 30 % du coût de la rénovation. Cette aide est proposée dans une sphère de 100 000 euros par an sur 4 ans. En fin de compte, le logement doit être mis en location nue pendant une durée minimale de 9 ans.

Les dispositifs de défiscalisation consacrés aux entreprises

Comme les particuliers, les entreprises qui choisissent de faire de l’investissement locatif peuvent elles aussi profiter des dispositifs de défiscalisation. Il s’agit plus précisément du dispositif Girardin IS et du crédit d’impôt pour les investissements en Corse. Le dispositif Girardin IS permet de défiscaliser le montant de l’acquisition de l’immeuble ou encore de profiter d’un crédit d’impôt à l’image d’un crédit immobilier. Le second quant à lui est spécifique aux investissements effectués en Corse. Il propose un crédit d’impôt à hauteur de 20 % ou 30 % du coût de la rénovation.

Plan du site